A A+ A++
Français English Italiano

Vous êtes ici : Accueil   |   La commune   |   Histoire


 Histoire de la communeHistoire - Mairie de Drumettaz-Clarafond - Site officiel - Savoie, France

L'histoire nous révèle que la commune est née de la fusion dès 1723,  de deux paroisses distinctes, celle de Clarafond qui annexait Méry et celle de Drumettaz dépendant d'Aix les Bains. Les habitants sont généralement dénommés les Drumettants alors que les historiens attribuent la dénomination de Drumettantes ou Drumettanes à ses habitantes. Jusqu'en 1956/1958, la commune était essentiellement agricole. Il y avait plus de 120 "porteurs de lait". Aujourd'hui, ils se comptent sur les doigts de la main.


LA DEMOGRAPHIE

La courbe de la démographie se traduit ainsi au rythme des différents sondages .
En 1801 on dénombre 660 âmes, en 1861 la population atteint 1037 habitants. Au début du 20ème siècle, en 1901, on en compte seulement 800.  En 1921 la désertification s'accentue pour atteindre 605 âmes et 603 en 1946. A partir de 1946 la courbe ascendante débute et lors du recensement de 1954 on dénombre  672 habitants. En 1962 ce sera 799, en 1968 on dépassera le millier avec 1182. En 1975 on compte 1234 résidents, en 1982 Drumettaz-Clarafond en a 1711. En 1999 le cap des 2000 est atteint puisque 2009 habitants sont enregistrés .En ce début de 21ème siècle, il y a environ 2500 Drumettants et Drumettantes.

UN LOGOHistoire - Mairie de Drumettaz-Clarafond - Site officiel - Savoie, France

A défaut d'un blason que l'histoire ne lui a pas donné, la commune devenue Chef-lieu de Canton en 1985, se devait d'avoir un emblème. Patrick Dudot l'a réalié et celui-ci fut présenté aux habitants pour la 1ère fois lors de la fête communale en septembre 1988.
Le logo de la commune rappelle :
• Le soleil levant qui va briller jusqu’au soir 
• La montagne au flanc de laquelle elle est blottie
• Les arbres, des peupliers, qui dominent la végétation sur son territoire
Il se veut le symbole d'une commune qui bénéficie d'une situation géographique exceptionnelle et qui a toujours su préserver son cadre de vie et son environnement.


LE PATRIMOINE

Modeste sur   l'ensemble de l'étendue du territoire communal, il offre cependant aux promeneurs dans les sept hameaux qui le composent (Drumettaz, Clarafond, Fresenex, Misury, Serrages, Lachat, le Chef-lieu) quelques monuments intéressants :
• Les traditionnels fours ‘banal’ encore en service aujourd’hui et dans lesquels les habitants font cuire pains et gâteaux. 
• Les vieux lavoirs alimentés par des fontaines où coule une eau claire rarement tarie
• Les calvaires (18 hier et 8 aujourd’hui) aux croisements des chemins 
• Le Prieuré datant de 1110 et réparé à plusieurs reprises (1551-1607) et la chapelle Saint Maurice à l’Orée du Bois de Clarafond qui regroupe chaque 15 août les paroissiens 
• L’église du Chef-Lieu construite en 1860 et dont la première pierre fut posée en 1859 et fut bénie en 1862

Quelques bâtiments et fermes anciennes ont gardé leur cachet d’antan comme le Donjon, ou encore les vielles bâtisses du hameau de Clarafond

Quelques noms
Quelques grands noms de personnalités ont résidé sur la commune comme le Professeur Wertheimer grand spécialiste de la tête, la Contesse Montgrillon, l'écrivain Henri Bordeaux, Madame Mosca ,consul d'Italie.

Des dates
En 1911 la foudre détruit le clocher de l'église en endommageant les cloches. Il ne sera jamais reconstruit.
En 1944 les Allemands sont à Drumettaz.

 

LE PRIEURE SAINT MAURICE DE CLARAFOND
Histoire - Mairie de Drumettaz-Clarafond - Site officiel - Savoie, France

Le prieuré fondé en 1110 sous l'épiscopat de Saint Hugues évêque de Grenoble, par la cession des églises Saint Maurice de Clarafond et de Méry au prieuré de Saint Jeoire , avait pour condition qu'il y ait perpétuellement des chanoines Augustins dans l'un ou l'autre des édifices.
En 1344 on lui unit l'église Saint Jacques de Mouxy qui dépendait jusqu'alors du prieuré Saint Hippolyte d'Aix.
En 1583 Clarafond est uni à la "mense" épiscopale des enfants de choeur de la Sainte chapelle du château de Chambéry. Les deux chanoines réguliers sont remplacés par deux "prébendiers" et les bâtiments négligés commencent à tomber en ruines. Dans la seconde moitié du XVIIème siècle, ne reste debout qu'une vieille tour qui sert de logement aux prébendiers.
L'église du prieuré est dédiée à Saint Maurice. On note des réparations en 1551 : le pinacle, le toit, la nef et le pavement. Lors de la visite pastorale de Saint François de Sales en 1607, furent refaites: la couverture du choeur, celle de la nef et les portes. Les quatre chapelles intérieures sont dédiées à Saint Jean Baptiste, Saint Claude, Sainte Marie Madeleine et Saint Antoine.
Une inscription gothique extérieure rappelle le nom du prieur Pierre Roda, au milieu du XVème siècle.
Il ne subsiste de l'ancien prieuré que la tour du prieur, restaurée, qui appartient à un particulier, et la chapelle Saint Maurice, ouverte chaque 15 août, qui n'est autre que le coeur de l'ancienne église priorale.
L'ancien choeur devenu simple chapelle a vu déplacer son autel en face Nord, pour bénéficier de l'éclairage d'un fenestrage gothique du XIVème siècle, vestige de l'ancienne église.
En façade Ouest on voit l'emplacement de l'arc triomphal, mur qui ouvrait sur la nef. A l'est une ancienne porte murée dans le fond de l'embrasement nous donne une épaisseur de mur très importante qui apparaît sur le plan, masquant peut-être un espace qui était incorporé dans la première église au XIIème siècle.
Au XIXème siècle des peintures en trompe l'oeil sont venues décorer la voûte en plein centre reconstruite après la démolition de la nef, étant donné son sens tourné vers l'entrée actuelle en façade sud.

 

© Mairie de Drumettaz-Clarafond
102, route du Chef-Lieu - 73420 Drumettaz-Clarafond - Tél. : 04 79 63 64 00 - Fax : 04 79 63 64 01

Réalisation et hébergement : B2F Concept